Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
clairsoleil33.over-blog.com

Moteurs à eau, énergie libre ... les solutions existent par Vahine...

30 Juillet 2013 , Rédigé par Nuance lune

29 juillet 2013
Où quelles sources d'énergies pourrions nous avoir aujourd'hui si nous n'étions pas bloqués par les intérêts financiers de l'oligarchie en place ?
Sur : Tree2Share : http://www.tree2share.org/

La voiture japonaise roulant à l'eau, la voiture à air comprimée, Le moteur minato, 9 documentaires passionnants... pour un nouveau paradigme !


Si vous en avez assez des discours sur le nucléaire indispensable et si dangereux pour la planète, alors regardez ces 9 documentaires passionnants et envoyez cela à TOUS vos contacts 
La seule façon d'inverser l'intox mensongère et monstrueuse est qu'un maximum de personnes soient au courants.

Il existe tellement de solutions qui ont depuis plus d'un siècle été éliminées pour des intérêts financiers au détriment de nous tous et de la planète. Ce sont des solutions contre la crise et l'austérité. 
En plus c'est une démarche pacifique pour un monde meilleur...
1°) La voiture japonaise roulant à l'eau
 
 
 
Une compagnie japonaise dévoile une voiture écologique .
image
 
Fatigué de remplir votre voiture de gazoline chère? Eh bien une compagnie japonaise a dévoilé une voiture écologique qui roule à l’eau, faisant usage du système de génération de la compagnie qui convertit l’eau en pouvoir électrique, possiblement une première mondiale.
On dit que tout ce dont vous avez besoin est un litre d’eau, n’importe quel type d’eau, qu’elle provienne de la rivière, de la pluie, de la mer ou même du thé japonais.
Genepax a dévoilé une voiture roulant à l’eau dans la ville d’Osaka, dans l’ouest du Japon. Elle affirme qu’il s’agit d’une voiture électrique alimentée seulement en dioxyde d’hydrogène.
[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:
«La caractéristique principale de cette voiture est qu’aucune alimentation externe n’est requise. La voiture continuera à rouler tout aussi longtemps que vous avez une bouteille d’eau à l’intérieur de la voiture et que vous remplissiez cette bouteille de temps en temps.»
Selon le réseau japonais TV Tokyo, une fois l’eau versée dans une cuve à l’arrière de la voiture, le générateur énergétique nouvellement inventé retire l’hydrogène de l’eau, relâche les électrons et finalement génère du pouvoir électrique.
[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:
«Nous recommandons fortement notre système puisqu’il ne requiert pas que vous construisiez une infrastructure pour recharger vos batteries, ce qui est le case pour la plupart des voitures électriques.»
Selon Genepax, un litre d’eau maintient la voiture en marche pour environ une heure à une vitesse de 80 km/h, 50 miles/h.
La compagnie vient tout juste de faire une demande de brevetage et espère collaborer avec les fabricants automobiles japonais pour fabriquer en masse leur invention dans un proche avenir.
C'est un scoop!!! Enfin !!! Bon pour l'humanité !!!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

image
 
 
 
 
 
 
 

image
 
 
 
 
 
 
 

MERCREDI 29 FÉVRIER 2012

La voiture qui fonctionne a l'eau au japon

 
Une compagnie japonaise dévoile une voiture écologique .
image
Fatigué de remplir votre voiture de gazoline chère? Eh bien une compagnie japonaise a dévoilé une voiture écologique qui roule à l’eau, faisant usage du système de génération de la compagnie qui convertit l’eau en pouvoir électrique, possiblement une première mondiale.
On dit que tout ce dont vous avez besoin est un litre d’eau, n’importe quel type d’eau, qu’elle provienne de la rivière, de la pluie, de la mer ou même du thé japonais.
Genepax a dévoilé une voiture roulant à l’eau dans la ville d’Osaka, dans l’ouest du Japon. Elle affirme qu’il s’agit d’une voiture électrique alimentée seulement en dioxyde d’hydrogène.
[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:
«La caractéristique principale de cette voiture est qu’aucune alimentation externe n’est requise. La voiture continuera à rouler tout aussi longtemps que vous avez une bouteille d’eau à l’intérieur de la voiture et que vous remplissiez cette bouteille de temps en temps.»
Selon le réseau japonais TV Tokyo, une fois l’eau versée dans une cuve à l’arrière de la voiture, le générateur énergétique nouvellement inventé retire l’hydrogène de l’eau, relâche les électrons et finalement génère du pouvoir électrique.
[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:
«Nous recommandons fortement notre système puisqu’il ne requiert pas que vous construisiez une infrastructure pour recharger vos batteries, ce qui est le case pour la plupart des voitures électriques.»
Selon Genepax, un litre d’eau maintient la voiture en marche pour environ une heure à une vitesse de 80 km/h, 50 miles/h.
La compagnie vient tout juste de faire une demande de brevetage et espère collaborer avec les fabricants automobiles japonais pour fabriquer en masse leur invention dans un proche avenir.
C'est un scoop!!! Enfin !!! Bon pour l'humanité !!!

 2°) La voiture à air comprimé
L'inventeur est français. Il a eu tellement d'ennuis et de pression qu'il est parti à l'étranger et a vendu son invention à l'Inde
Je l'ai vu fonctionnée. Elle avait été exposée il y a de nombreuses années au salon "Marjolaine" à Paris

Tata Motors en Inde Que feront les compagnies pétrolières pour l'arrêter?

ATT111





Il s'agit d'un moteur automobile qui fonctionne avec de l'air. C'est vrai, l'air n'est pas du gaz ou du diesel ou électrique, mais seulement l'air qui nous entoure.

ATT222
 

Tata Motors en Inde a prévu que la voiture à air pourrait sillonner les rues indiennes en août 2012
ATT333
La voiture à air comprimé, développé par l'ex-ingénieur de Formule Un Guy N. de MDI basée au Luxembourg, utilise l'air comprimé pour pousser les pistons de son moteur et faire avancer la voiture.  
La voiture à air comprimé, appelée «Mini CAT » pourrait coûter autour de 365757 roupies en Inde soit 8177$. 
La Mini CAT qui est un simple véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire, un corps en fibre de verre qui est collé pas soudé et alimenté par l'air comprimé. Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture. Un petit émetteur radio envoie des instructions à l'éclairage, clignotants et tous les autres appareils électriques sur la voiture. Qui ne sont pas nombreux. 
La température de l'air pur expulsés par le tuyau d'échappement se situe entre 0-15 degrés en dessous de zéro, ce qui le rend approprié pour une utilisation par le système de climatisation intérieure sans avoir besoin de gaz ou de perte de puissance.
Il n'y a pas de clé, juste une carte d'accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche. Selon les concepteurs, il en coûte moins de 50 roupies par 100 km, c'est à peu près un dixième du coût d'une voiture fonctionnant au gaz. Son kilométrage est d'environ le double de celui de la voiture électrique la plus avancée, un facteur qui en fait un choix idéal pour les automobilistes urbains. La voiture a une vitesse de pointe de 105 km par heure ou 60mph et aurait une autonomie d'environ 300km ou 185miles. Le remplissage de la voiture aura lieu dans les stations service adaptées avec des compresseurs d'air spéciaux. Remplir ne vous prendra que deux à trois minutes et coûtera environ 100roupies et la voiture pourra faire encore300 kilomètres.
Cette voiture peut également être remplie à la maison avec son compresseur de bord. Il faudra 3 à 4 heures pour remplir le réservoir, mais ça peut se faire pendant que vous dormez. 
Parce qu'il n'y a pas de moteur à combustion, le changement de 1 litre d'huile végétale n'est nécessaire que tous les 50.000 km ou 30.000 miles. Grâce à sa simplicité, il y a très peu d'entretien à faire sur cette voiture 

 
3°) Se chauffer dès 2013 pour 20 euros par an

E-Cat : une énergie presque gratuite, presque infinie, sans pollution

Le procédé que je vais vous faire découvrir s’appelle E-Cat. Il s’apparente aux transmutations à basse température. Il faut obtenir au départ une température de 150 à 500°C : mais, croyez-le ou non, c’est encore une très basse température, surtout s’il s’agit de phénomène nucléaire.
(A Cadarache, dans un projet insensé, on tente de faire une fusion avec 100 millions de degrés au départ : coûteuse utopie, qui ne fonctionnera jamais).
Ici, par contre, nous sommes dans la vraie vie :
Il s’agit de mettre en présence 50 grammes de poudre de nickel chauffée à 300°C (par l’électricité du secteur pour démarrer la réaction, mais l’appareil tournera ensuite en auto-suffisance) et de l’hydrogène, sous une pression de 2 à 20 bars, qui provient d'un réservoir incorporé au E-cat, en présence d’un catalyseur secret.
Cette réaction produit une énorme quantité de chaleur, avec un COP de 40 ou plus (coefficient de performance, rapport entre l’énergie récupérée et l’énergie injectée ).
Vous donnez 1 kilowatt à l'entrée, vous récupérez 40 kw à la sortie.
Les appareils commercialisés produiront de 10 à 30 kw/h, largement suffisants pour alimenter une habitation ou une petite voiture. On peut les accoupler pour faire des centrales, ce qui pourrait donner un recyclage à nos centrales nucléaires, qui ne sont jamais que des machines à vapeur sales. Mais là, c'est propre, sans résidu radio-actif, et sûr : ça s'arrête en quelques minutes.
La réaction produit des rayons alpha et gamma (gamma d'énergie inférieure à 300 keV).
Ce qui prouve qu’une réaction nucléaire est à l’œuvre.
Mais un blindage de plomb de 50 kg sur 2 cm d'épaisseur (soit un volume de 4 litres environ) les arrêterait et l'appareil en fonctionnement n'émettrait ni neutrons ni protons.
Quelques heures après l'arrêt, il n'y aurait plus de rayonnement ni de déchets radioactifs, même au centre du réacteur. Le "combustible" et les déchets ne seraient pas radioactifs. La radioactivité de l'eau chauffée ne serait pas modifiée.
En cas d'emballement du réacteur, un excès de production de chaleur réduirait l'efficacité de la réaction et tendrait à limiter cet excès. De plus, dans ce cas, le système de sécurité activerait le préchauffage auxiliaire pour renforcer cette limitation
Lors de la maintenance, tous les 6 mois, le nickel serait recyclé et le petit réservoir d'hydrogène à 160 bars (quelques litres) remplacé. Au bout de 2,5 mois d'utilisation, le nickel contient environ 10 % de cuivre (isotopes 63 et 65) et 11 % de fer.
Vous devez y voir la preuve d’une transmutation du nickel en fer et en cuivre, et donc la preuve que la transmutation à basse température est possible.
Le nickel est abondant sur Terre et n'est pas cher.
« Si toute l'énergie consommée par les humains était produite ainsi, un pourcentage infime [10%] de l'extraction annuelle de nickel y suffirait »
Le E-cat est entièrement recyclable après une durée de vie de 15 à 20 ans, le nickel l'est à 80% environ.
Vous pouvez vous offrir 50 grammes de Nickel (20 Euros le kilo : une dose coûte donc un euro) et quelques litres d’hydrogène tous les six mois ? Alors vous aurez bientôt accès à cette énergie quasi illimitée, qui ne produit pas de CO2, pas de particules radioactives, et dont les rares rayonnements sont facilement arrêtables avec quelques kilos de plomb.
J’ai résumé pour vous cet article trouvé sur Wikipédia. Vous y aurez de plus amples détails, et en sortirez convaincus.
Notez que les expériences sont tout à fait actuelles, et suivez l’actualité de cette révolution technologique jour après jour. La commercialisation semble en cours.
Alors, cessez de vous tourmenter avec le nucléaire et ces pseudos trouvailles que sont le photovoltaïque et l’éolien : c’est du passé, c’est périmé. La question du CO2 ne se pose plus, et les écolos vont devoir trouver un autre dada. Charbon, pétrole, nucléaire, au musée : à terme, zéro pollution.
Nous allons vivre une ère nouvelle, et on va cesser de nous casser les oreilles avec l’énergie rare, la pollution, et tous ces concepts d’un autre âge.
Cela pose de gros problèmes : les sociétés pétrolieres, les pays de l'OPEP, peuvent passer de l'opulence à la misère. L'Etat doit se trouver d'autres taxes. La production automobile doit se convertir à l'electricité. Les transports maritimes verront le retour des machines à vapeur ! Les trains auront le choix : électricité ou vapeur directement. Attendons-nous à quelques freins, donc.
Mais avec cette énergie quasi gratuite, quasi illimitée, on peut tout envisager : dessaler l'eau de mer et voir fleurir les déserts, faire disparaitre toute misère sur terre.
Un autre point important : tant que les intérêts pétroliers et nucléaires dominent (dominaient ?) la planète, de nombreux brevets du même ordre ont été confisqués ; il y a en effet de nombreux moyens de produire proprement de l'énergie gratuite. On peut s'attendre à les voir resurgir, dès lors qu'il sera plus rentable de les commercialiser que de les tenir secrets

4°) Le moteur à énergie libre MINATO, déja produit en grande séries

Voici une autre information très importante parmi beaucoup d'autres solutions pour nous faire arreter le plus rapidement possible l'absurdité du nucléaire qui tue la vie.
Nos voitures entre autres pourraient rouler gratuitement !!!
A diffuser au max à vos contacts pour un monde meilleur. Plus de personnes seront au courant et plus nous pourrons imposer cette technologie.

Du Japon vient le problème, mais peut-être aussi la solution...
Le moteur à énergie libre de l'avenir existant déjà au présent au Japon et fabriqué en grande séries bientôt chez vous? Le moteur MINATO.

5°) Comment fabriquer très facilement du pétrole avec du gaz carbonique et des algues

Pétrole Artificiel : Ils ont trouvé la recette de fabrication du pétrole !


Une équipe de chercheurs français et espagnols a trouvé la formule qui permet de fabriquer du pétrole tout en recyclant les rejets de COde nos usines. Son nom : le Blue PetroleumTM
Attention une grosse révolution énergétique pointe le bout de son nez. Cette innovation pourrait être le carburant de demain.
Cette formule magique permet de recycler nos rejets de CO2. Elle repose sur la culture en usine de micro-algues qui ont besoin, pour se développer, de lumière pour la photosynthèse et de gaz carbonique.
Ce gaz est directement récupéré d’une cimenterie voisine et injecté dans les cultures d’algues qui se multiplient à vitesse « Grand V ». Cette solution organique concentrée est ensuite filtrée pour extraire l’eau et les oméga-3. La pâte résultante de cette opération devient du « Pétrole Artificiel » en la mettant sous haute pression et haute température. On obtient ainsi en 48 heures ce que la nature a offert en des dizaines de millions d’années.
Ce biopétrole a la même capacité à brûler que le pétrole brut. Par conséquent, il pollue en dégageant du gaz carbonique. Mais comme il est fabriqué à partir du CO2 récupéré de l’usine, il a au final moins d’impact sur notre planète.
L’objectif à terme de cette usine est de produire 230 000 barils de pétrole bleu sur une superficie de 40 hectares. Cela correspond à la consommation de 21 000 français. Selon le fondateur de BFS,  la société issue du projet, le N°1 mondial du pétrole fossile Exxon serait prêt à investir massivement dans ce substitut renouvelable et « écolo ».
A l’avenir, chaque usine dégageant du CO2 pourrait être couplée à une usine comme celle ci qui produirait ce pétrole artificiel. Baisse des rejets de CO2 dans l’atmosphère et du pétrole à volonté, c’est mieux que rien non ?
Plus de détails dans la vidéo ci-dessous :
6°) La maison autonome et le moteur surnuméraire

Mais le plus intéressant c'est son moteur surnuméraire. Avec 200 watts en entrée il sort 14 Kilowatts. Moteur de Raoul Hatem amélioré. Imaginez qu'au lieu de mettre de l'argent dans le nucléaire qui détruit la planète, on fabrique 140 millions de ce type de moteur. Qu'est-ce que ça donnerait? Un pays propre et en sécurité.

7°) A propos d'un génie : TESLA. 

 
"L’apport de Tesla pour l’humanité a été déterminant a bien des égards. Il faut savoir qu’à son époque, il était connu pratiquement de tous et était considéré comme un héros de la science.
Pour ce qui est visible, par exemple, le courant alternatif que chacun utilise chaque jour via les prises électriques de sa maison est son invention. Pour l’invisible, en raison du black out de ceux qui n’avaient pas intérêt à ce que les gens en sachent plus, il y a entre autres ses travaux sur l’énergie libre. Pour faire simple, disons qu’il avait trouvé le moyen de capter l’électricité présente dans l’air ambiant et de la transformer en source d’énergie universelle. Ses démonstrations ont semble-t-il été convaincantes, mais lorsque les financiers qui le soutenaient jusque-là ont compris qu’ils ne pourraient pas mettre un compteur là-dessus, ils l’ont lâché et ont fomenté une campagne de presse contre lui. Il a fini seul et isolé et demeure toujours méconnu du plus grand nombre. Je suis sûr à la faveur de certains évènements que nous pourrons récupérer bientôt cette invention."
Voici le lien : 

8°)  Un physicien en colère parle d’énergie libre   
                                        
 Un physicien en colère tenait à rendre publique ce qu’il  pense du monde scientifique d’aujourd’hui dans un texte qu’il a écrit lui-même. Il y parle d’énergie libre interdite et de l’escroquerie du système actuel. Il donne des liens  très intéressants. Il a choisit le média alternatif et  philosophique Wikistrike pour s’exprimer. Nous tenions ici à  le remercier. Ce texte est important, car voilà enfin un  scientifique qui ose rompre le silence, dégouté par un  système fasciste. Vive la démocratie et l'énergie libre ! Il est notre prix Wikinobel de physique 2011.
 
 
9°) Une scientifique transforme les déchets plastiques en pétrole.
 
 


commentaires

Lire la suite

Moteurs à eau, énergie libre ... les solutions existent ...

30 Juillet 2013 , Rédigé par Vahine Publié dans #multinationales, #Manipulations, #Résistance, #Nucléaire Fukushima, #Con....sommation

Cet article est reposté depuis Le blog de Vahine.

Où quelles sources d'énergies pourrions nous avoir aujourd'hui si nous n'étions pas bloqués par les intérêts financiers de l'oligarchie en place ?

Sur : Tree2Share : http://www.tree2share.org/

La voiture japonaise roulant à l'eau, la voiture à air comprimée, Le moteur minato, 9 documentaires passionnants... pour un nouveau paradigme !

 

Si vous en avez assez des discours sur le nucléaire indispensable et si dangereux pour la planète, alors regardez ces 9 documentaires passionnants et envoyez cela à TOUS vos contacts 
La seule façon d'inverser l'intox mensongère et monstrueuse est qu'un maximum de personnes soient au courants.

Il existe tellement de solutions qui ont depuis plus d'un siècle été éliminées pour des intérêts financiers au détriment de nous tous et de la planète. Ce sont des solutions contre la crise et l'austérité. 
En plus c'est une démarche pacifique pour un monde meilleur...

1°) La voiture japonaise roulant à l'eau
 

Une compagnie japonaise dévoile une voiture écologique .

image

 
Fatigué de remplir votre voiture de gazoline chère? Eh bien une compagnie japonaise a dévoilé une voiture écologique qui roule à l’eau, faisant usage du système de génération de la compagnie qui convertit l’eau en pouvoir électrique, possiblement une première mondiale.

On dit que tout ce dont vous avez besoin est un litre d’eau, n’importe quel type d’eau, qu’elle provienne de la rivière, de la pluie, de la mer ou même du thé japonais.

Genepax a dévoilé une voiture roulant à l’eau dans la ville d’Osaka, dans l’ouest du Japon. Elle affirme qu’il s’agit d’une voiture électrique alimentée seulement en dioxyde d’hydrogène.

[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:

«La caractéristique principale de cette voiture est qu’aucune alimentation externe n’est requise. La voiture continuera à rouler tout aussi longtemps que vous avez une bouteille d’eau à l’intérieur de la voiture et que vous remplissiez cette bouteille de temps en temps.»

Selon le réseau japonais TV Tokyo, une fois l’eau versée dans une cuve à l’arrière de la voiture, le générateur énergétique nouvellement inventé retire l’hydrogène de l’eau, relâche les électrons et finalement génère du pouvoir électrique.

[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:

«Nous recommandons fortement notre système puisqu’il ne requiert pas que vous construisiez une infrastructure pour recharger vos batteries, ce qui est le case pour la plupart des voitures électriques.»

Selon Genepax, un litre d’eau maintient la voiture en marche pour environ une heure à une vitesse de 80 km/h, 50 miles/h.

La compagnie vient tout juste de faire une demande de brevetage et espère collaborer avec les fabricants automobiles japonais pour fabriquer en masse leur invention dans un proche avenir.

C'est un scoop!!! Enfin !!! Bon pour l'humanité !!!

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

MERCREDI 29 FÉVRIER 2012

La voiture qui fonctionne a l'eau au japon

 

Une compagnie japonaise dévoile une voiture écologique .

image

Fatigué de remplir votre voiture de gazoline chère? Eh bien une compagnie japonaise a dévoilé une voiture écologique qui roule à l’eau, faisant usage du système de génération de la compagnie qui convertit l’eau en pouvoir électrique, possiblement une première mondiale.

On dit que tout ce dont vous avez besoin est un litre d’eau, n’importe quel type d’eau, qu’elle provienne de la rivière, de la pluie, de la mer ou même du thé japonais.

Genepax a dévoilé une voiture roulant à l’eau dans la ville d’Osaka, dans l’ouest du Japon. Elle affirme qu’il s’agit d’une voiture électrique alimentée seulement en dioxyde d’hydrogène.

[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:

«La caractéristique principale de cette voiture est qu’aucune alimentation externe n’est requise. La voiture continuera à rouler tout aussi longtemps que vous avez une bouteille d’eau à l’intérieur de la voiture et que vous remplissiez cette bouteille de temps en temps.»

Selon le réseau japonais TV Tokyo, une fois l’eau versée dans une cuve à l’arrière de la voiture, le générateur énergétique nouvellement inventé retire l’hydrogène de l’eau, relâche les électrons et finalement génère du pouvoir électrique.

[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:

«Nous recommandons fortement notre système puisqu’il ne requiert pas que vous construisiez une infrastructure pour recharger vos batteries, ce qui est le case pour la plupart des voitures électriques.»

Selon Genepax, un litre d’eau maintient la voiture en marche pour environ une heure à une vitesse de 80 km/h, 50 miles/h.

La compagnie vient tout juste de faire une demande de brevetage et espère collaborer avec les fabricants automobiles japonais pour fabriquer en masse leur invention dans un proche avenir.

C'est un scoop!!! Enfin !!! Bon pour l'humanité !!!

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

MERCREDI 29 FÉVRIER 2012

La voiture qui fonctionne a l'eau au japon

 

Une compagnie japonaise dévoile une voiture écologique .

image

Fatigué de remplir votre voiture de gazoline chère? Eh bien une compagnie japonaise a dévoilé une voiture écologique qui roule à l’eau, faisant usage du système de génération de la compagnie qui convertit l’eau en pouvoir électrique, possiblement une première mondiale.

On dit que tout ce dont vous avez besoin est un litre d’eau, n’importe quel type d’eau, qu’elle provienne de la rivière, de la pluie, de la mer ou même du thé japonais.

Genepax a dévoilé une voiture roulant à l’eau dans la ville d’Osaka, dans l’ouest du Japon. Elle affirme qu’il s’agit d’une voiture électrique alimentée seulement en dioxyde d’hydrogène.

[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:

«La caractéristique principale de cette voiture est qu’aucune alimentation externe n’est requise. La voiture continuera à rouler tout aussi longtemps que vous avez une bouteille d’eau à l’intérieur de la voiture et que vous remplissiez cette bouteille de temps en temps.»

Selon le réseau japonais TV Tokyo, une fois l’eau versée dans une cuve à l’arrière de la voiture, le générateur énergétique nouvellement inventé retire l’hydrogène de l’eau, relâche les électrons et finalement génère du pouvoir électrique.

[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:

«Nous recommandons fortement notre système puisqu’il ne requiert pas que vous construisiez une infrastructure pour recharger vos batteries, ce qui est le case pour la plupart des voitures électriques.»

Selon Genepax, un litre d’eau maintient la voiture en marche pour environ une heure à une vitesse de 80 km/h, 50 miles/h.

La compagnie vient tout juste de faire une demande de brevetage et espère collaborer avec les fabricants automobiles japonais pour fabriquer en masse leur invention dans un proche avenir.

C'est un scoop!!! Enfin !!! Bon pour l'humanité !!!

 
 
 
 
 
 
 
 
 

MERCREDI 29 FÉVRIER 2012

La voiture qui fonctionne a l'eau au japon

 

Une compagnie japonaise dévoile une voiture écologique .

image

Fatigué de remplir votre voiture de gazoline chère? Eh bien une compagnie japonaise a dévoilé une voiture écologique qui roule à l’eau, faisant usage du système de génération de la compagnie qui convertit l’eau en pouvoir électrique, possiblement une première mondiale.

On dit que tout ce dont vous avez besoin est un litre d’eau, n’importe quel type d’eau, qu’elle provienne de la rivière, de la pluie, de la mer ou même du thé japonais.

Genepax a dévoilé une voiture roulant à l’eau dans la ville d’Osaka, dans l’ouest du Japon. Elle affirme qu’il s’agit d’une voiture électrique alimentée seulement en dioxyde d’hydrogène.

[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:

«La caractéristique principale de cette voiture est qu’aucune alimentation externe n’est requise. La voiture continuera à rouler tout aussi longtemps que vous avez une bouteille d’eau à l’intérieur de la voiture et que vous remplissiez cette bouteille de temps en temps.»

Selon le réseau japonais TV Tokyo, une fois l’eau versée dans une cuve à l’arrière de la voiture, le générateur énergétique nouvellement inventé retire l’hydrogène de l’eau, relâche les électrons et finalement génère du pouvoir électrique.

[Kiyoshi Hirasawa, PDG Genepax]:

«Nous recommandons fortement notre système puisqu’il ne requiert pas que vous construisiez une infrastructure pour recharger vos batteries, ce qui est le case pour la plupart des voitures électriques.»

Selon Genepax, un litre d’eau maintient la voiture en marche pour environ une heure à une vitesse de 80 km/h, 50 miles/h.

La compagnie vient tout juste de faire une demande de brevetage et espère collaborer avec les fabricants automobiles japonais pour fabriquer en masse leur invention dans un proche avenir.

C'est un scoop!!! Enfin !!! Bon pour l'humanité !!!

 

 2°) La voiture à air comprimé

L'inventeur est français. Il a eu tellement d'ennuis et de pression qu'il est parti à l'étranger et a vendu son invention à l'Inde
Je l'ai vu fonctionnée. Elle avait été exposée il y a de nombreuses années au salon "Marjolaine" à Paris

Tata Motors en Inde Que feront les compagnies pétrolières pour l'arrêter?



ATT111


Il s'agit d'un moteur automobile qui fonctionne avec de l'air. C'est vrai, l'air n'est pas du gaz ou du diesel ou électrique, mais seulement l'air qui nous entoure.

ATT222
 

Tata Motors en Inde a prévu que la voiture à air pourrait sillonner les rues indiennes en août 2012
ATT333

La voiture à air comprimé, développé par l'ex-ingénieur de Formule Un Guy N. de MDI basée au Luxembourg, utilise l'air comprimé pour pousser les pistons de son moteur et faire avancer la voiture.  
La voiture à air comprimé, appelée «Mini CAT » pourrait coûter autour de 365757 roupies en Inde soit 8177$. 
La Mini CAT qui est un simple véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire, un corps en fibre de verre qui est collé pas soudé et alimenté par l'air comprimé. Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture. Un petit émetteur radio envoie des instructions à l'éclairage, clignotants et tous les autres appareils électriques sur la voiture. Qui ne sont pas nombreux. 
La température de l'air pur expulsés par le tuyau d'échappement se situe entre 0-15 degrés en dessous de zéro, ce qui le rend approprié pour une utilisation par le système de climatisation intérieure sans avoir besoin de gaz ou de perte de puissance.
Il n'y a pas de clé, juste une carte d'accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche. Selon les concepteurs, il en coûte moins de 50 roupies par 100 km, c'est à peu près un dixième du coût d'une voiture fonctionnant au gaz. Son kilométrage est d'environ le double de celui de la voiture électrique la plus avancée, un facteur qui en fait un choix idéal pour les automobilistes urbains. La voiture a une vitesse de pointe de 105 km par heure ou 60mph et aurait une autonomie d'environ 300km ou 185miles. Le remplissage de la voiture aura lieu dans les stations service adaptées avec des compresseurs d'air spéciaux. Remplir ne vous prendra que deux à trois minutes et coûtera environ 100roupies et la voiture pourra faire encore300 kilomètres.
Cette voiture peut également être remplie à la maison avec son compresseur de bord. Il faudra 3 à 4 heures pour remplir le réservoir, mais ça peut se faire pendant que vous dormez. 
Parce qu'il n'y a pas de moteur à combustion, le changement de 1 litre d'huile végétale n'est nécessaire que tous les 50.000 km ou 30.000 miles. Grâce à sa simplicité, il y a très peu d'entretien à faire sur cette voiture 

 

3°) Se chauffer dès 2013 pour 20 euros par an

 

E-Cat : une énergie presque gratuite, presque infinie, sans pollution

Le procédé que je vais vous faire découvrir s’appelle E-Cat. Il s’apparente aux transmutations à basse température. Il faut obtenir au départ une température de 150 à 500°C : mais, croyez-le ou non, c’est encore une très basse température, surtout s’il s’agit de phénomène nucléaire.

(A Cadarache, dans un projet insensé, on tente de faire une fusion avec 100 millions de degrés au départ : coûteuse utopie, qui ne fonctionnera jamais).

Ici, par contre, nous sommes dans la vraie vie :

Il s’agit de mettre en présence 50 grammes de poudre de nickel chauffée à 300°C (par l’électricité du secteur pour démarrer la réaction, mais l’appareil tournera ensuite en auto-suffisance) et de l’hydrogène, sous une pression de 2 à 20 bars, qui provient d'un réservoir incorporé au E-cat, en présence d’un catalyseur secret.

Cette réaction produit une énorme quantité de chaleur, avec un COP de 40 ou plus (coefficient de performance, rapport entre l’énergie récupérée et l’énergie injectée ).

Vous donnez 1 kilowatt à l'entrée, vous récupérez 40 kw à la sortie.

Les appareils commercialisés produiront de 10 à 30 kw/h, largement suffisants pour alimenter une habitation ou une petite voiture. On peut les accoupler pour faire des centrales, ce qui pourrait donner un recyclage à nos centrales nucléaires, qui ne sont jamais que des machines à vapeur sales. Mais là, c'est propre, sans résidu radio-actif, et sûr : ça s'arrête en quelques minutes.

La réaction produit des rayons alpha et gamma (gamma d'énergie inférieure à 300 keV).

Ce qui prouve qu’une réaction nucléaire est à l’œuvre.

Mais un blindage de plomb de 50 kg sur 2 cm d'épaisseur (soit un volume de 4 litres environ) les arrêterait et l'appareil en fonctionnement n'émettrait ni neutrons ni protons.

Quelques heures après l'arrêt, il n'y aurait plus de rayonnement ni de déchets radioactifs, même au centre du réacteur. Le "combustible" et les déchets ne seraient pas radioactifs. La radioactivité de l'eau chauffée ne serait pas modifiée.

En cas d'emballement du réacteur, un excès de production de chaleur réduirait l'efficacité de la réaction et tendrait à limiter cet excès. De plus, dans ce cas, le système de sécurité activerait le préchauffage auxiliaire pour renforcer cette limitation

Lors de la maintenance, tous les 6 mois, le nickel serait recyclé et le petit réservoir d'hydrogène à 160 bars (quelques litres) remplacé. Au bout de 2,5 mois d'utilisation, le nickel contient environ 10 % de cuivre (isotopes 63 et 65) et 11 % de fer.

Vous devez y voir la preuve d’une transmutation du nickel en fer et en cuivre, et donc la preuve que la transmutation à basse température est possible.

Le nickel est abondant sur Terre et n'est pas cher.

« Si toute l'énergie consommée par les humains était produite ainsi, un pourcentage infime [10%] de l'extraction annuelle de nickel y suffirait »

Le E-cat est entièrement recyclable après une durée de vie de 15 à 20 ans, le nickel l'est à 80% environ.

Vous pouvez vous offrir 50 grammes de Nickel (20 Euros le kilo : une dose coûte donc un euro) et quelques litres d’hydrogène tous les six mois ? Alors vous aurez bientôt accès à cette énergie quasi illimitée, qui ne produit pas de CO2, pas de particules radioactives, et dont les rares rayonnements sont facilement arrêtables avec quelques kilos de plomb.

J’ai résumé pour vous cet article trouvé sur Wikipédia. Vous y aurez de plus amples détails, et en sortirez convaincus.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Catalyseur_d%27%C3%A9nergie_de_Rossi_et_Focardi

Notez que les expériences sont tout à fait actuelles, et suivez l’actualité de cette révolution technologique jour après jour. La commercialisation semble en cours.

Alors, cessez de vous tourmenter avec le nucléaire et ces pseudos trouvailles que sont le photovoltaïque et l’éolien : c’est du passé, c’est périmé. La question du CO2 ne se pose plus, et les écolos vont devoir trouver un autre dada. Charbon, pétrole, nucléaire, au musée : à terme, zéro pollution.

Nous allons vivre une ère nouvelle, et on va cesser de nous casser les oreilles avec l’énergie rare, la pollution, et tous ces concepts d’un autre âge.

Cela pose de gros problèmes : les sociétés pétrolieres, les pays de l'OPEP, peuvent passer de l'opulence à la misère. L'Etat doit se trouver d'autres taxes. La production automobile doit se convertir à l'electricité. Les transports maritimes verront le retour des machines à vapeur ! Les trains auront le choix : électricité ou vapeur directement. Attendons-nous à quelques freins, donc.

Mais avec cette énergie quasi gratuite, quasi illimitée, on peut tout envisager : dessaler l'eau de mer et voir fleurir les déserts, faire disparaitre toute misère sur terre.

Un autre point important : tant que les intérêts pétroliers et nucléaires dominent (dominaient ?) la planète, de nombreux brevets du même ordre ont été confisqués ; il y a en effet de nombreux moyens de produire proprement de l'énergie gratuite. On peut s'attendre à les voir resurgir, dès lors qu'il sera plus rentable de les commercialiser que de les tenir secrets

 

4°) Le moteur à énergie libre MINATO, déja produit en grande séries

 

Voici une autre information très importante parmi beaucoup d'autres solutions pour nous faire arreter le plus rapidement possible l'absurdité du nucléaire qui tue la vie.
Nos voitures entre autres pourraient rouler gratuitement !!!
A diffuser au max à vos contacts pour un monde meilleur. Plus de personnes seront au courant et plus nous pourrons imposer cette technologie.

Du Japon vient le problème, mais peut-être aussi la solution...

Le moteur à énergie libre de l'avenir existant déjà au présent au Japon et fabriqué en grande séries bientôt chez vous? Le moteur MINATO.

Voici le lien : http://artdevivresain.over-blog.com/article-du-japon-vient-le-probleme-mais-peut-etre-aussi-la-solution-79547252.html

 

5°) Comment fabriquer très facilement du pétrole avec du gaz carbonique et des algues

 

Pétrole Artificiel : Ils ont trouvé la recette de fabrication du pétrole !

 

Une équipe de chercheurs français et espagnols a trouvé la formule qui permet de fabriquer du pétrole tout en recyclant les rejets de COde nos usines. Son nom : le Blue PetroleumTM

Attention une grosse révolution énergétique pointe le bout de son nez. Cette innovation pourrait être le carburant de demain.

Cette formule magique permet de recycler nos rejets de CO2. Elle repose sur la culture en usine de micro-algues qui ont besoin, pour se développer, de lumière pour la photosynthèse et de gaz carbonique.

Ce gaz est directement récupéré d’une cimenterie voisine et injecté dans les cultures d’algues qui se multiplient à vitesse « Grand V ». Cette solution organique concentrée est ensuite filtrée pour extraire l’eau et les oméga-3. La pâte résultante de cette opération devient du « Pétrole Artificiel » en la mettant sous haute pression et haute température. On obtient ainsi en 48 heures ce que la nature a offert en des dizaines de millions d’années.

Ce biopétrole a la même capacité à brûler que le pétrole brut. Par conséquent, il pollue en dégageant du gaz carbonique. Mais comme il est fabriqué à partir du CO2 récupéré de l’usine, il a au final moins d’impact sur notre planète.

L’objectif à terme de cette usine est de produire 230 000 barils de pétrole bleu sur une superficie de 40 hectares. Cela correspond à la consommation de 21 000 français. Selon le fondateur de BFS,  la société issue du projet, le N°1 mondial du pétrole fossile Exxon serait prêt à investir massivement dans ce substitut renouvelable et « écolo ».

A l’avenir, chaque usine dégageant du CO2 pourrait être couplée à une usine comme celle ci qui produirait ce pétrole artificiel. Baisse des rejets de CO2 dans l’atmosphère et du pétrole à volonté, c’est mieux que rien non ?

Plus de détails dans la vidéo ci-dessous :

6°) La maison autonome et le moteur surnuméraire

 

Maison refuge autonome, moteur surnuméraire... par rikiai 

Mais le plus intéressant c'est son moteur surnuméraire. Avec 200 watts en entrée il sort 14 Kilowatts. Moteur de Raoul Hatem amélioré. Imaginez qu'au lieu de mettre de l'argent dans le nucléaire qui détruit la planète, on fabrique 140 millions de ce type de moteur. Qu'est-ce que ça donnerait? Un pays propre et en sécurité.

7°) A propos d'un génie : TESLA. 

 
"L’apport de Tesla pour l’humanité a été déterminant a bien des égards. Il faut savoir qu’à son époque, il était connu pratiquement de tous et était considéré comme un héros de la science.
Pour ce qui est visible, par exemple, le courant alternatif que chacun utilise chaque jour via les prises électriques de sa maison est son invention. Pour l’invisible, en raison du black out de ceux qui n’avaient pas intérêt à ce que les gens en sachent plus, il y a entre autres ses travaux sur l’énergie libre. Pour faire simple, disons qu’il avait trouvé le moyen de capter l’électricité présente dans l’air ambiant et de la transformer en source d’énergie universelle. Ses démonstrations ont semble-t-il été convaincantes, mais lorsque les financiers qui le soutenaient jusque-là ont compris qu’ils ne pourraient pas mettre un compteur là-dessus, ils l’ont lâché et ont fomenté une campagne de presse contre lui. Il a fini seul et isolé et demeure toujours méconnu du plus grand nombre. Je suis sûr à la faveur de certains évènements que nous pourrons récupérer bientôt cette invention."

Voici le lien : 

 

8°)  Un physicien en colère parle d’énergie libre   

                                        

 Un physicien en colère tenait à rendre publique ce qu’il  pense du monde scientifique d’aujourd’hui dans un texte qu’il a écrit lui-même. Il y parle d’énergie libre interdite et de l’escroquerie du système actuel. Il donne des liens  très intéressants. Il a choisit le média alternatif et  philosophique Wikistrike pour s’exprimer. Nous tenions ici à  le remercier. Ce texte est important, car voilà enfin un  scientifique qui ose rompre le silence, dégouté par un  système fasciste. Vive la démocratie et l'énergie libre ! Il est notre prix Wikinobel de physique 2011.
 
 
9°) Une scientifique transforme les déchets plastiques en pétrole.
 
 
Lire la suite

Dans les services à domicile, 9 salariés sur 10 sont des femmes

30 Juillet 2013 , Rédigé par Nuance lune


Dans les services à domicile,

 9 salariés sur 10 sont des

 femmes

Le Monde.fr avec AFP |  • Mis à jour le 
Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer Imprimer Envoyer
Partager   google + linkedin

Marcelle (à droite) discute avec Janine, son aide à domicile, le 9 avril 2009 chez elle à Montembœuf.

Neuf salariés sur dix travaillant dans les services à domicile sont des femmes, selon une étude de l'Insee publiée mardi 30 juillet. Garde d'enfants, aide aux personnes âgées ou handicapées, ménage, soutien scolaire, livraison de courses, dépannage informatique... tous ces services au domicile de particuliers ont en 2010 fait travailler 1,8 million de personnes, soit 4,8 % des salariés déclarés en France.

A l'échelle de la France, le poids de ces services est plus élevé dans le Sud-Ouest. Leur part dépasse 6 % en LimousinPoitou-CharentesAquitaine etLanguedoc-Roussillon. Elle n'est en revanche que d'environ 4 % en Ile-de-France et dans l'Est, notamment en Alsace et en France-Comté. La proportion de personnes âgées, deux fois plus élevée en Limousin qu'en Ile-de-France, est à l'origine d'une grande part de cette différence mais "n'explique pas tout"."L'importance de la population rurale et la part des cadres dans l'emploi sont également déterminants", souligne l'Insee. En zone rurale, les structures alternatives (maisons de retraite, crèches, etc.) sont moins nombreuses et l'emploi à domicile par conséquent plus fréquent.
UN QUART DE PLUS DE 55 ANS
En 2010, les salariés du secteur ont été employés par 2,6 millions de particuliers en direct (le cas majoritaire, deux tiers des heures payées sur l'ensemble de l'année) ou 12 200 organismes (associations, collectivités, entreprises, etc.). Dans 90 % des cas, il s'agissait de femmes, et un quart étaient âgés de plus de 55 ans, une proportion double que dans l'ensemble du salariat.
Les emplois à temps partiels dominent : en moyenne 40 % d'un temps plein (sur la base de 40 heures). Un quart des salariés ont peu travaillé, moins de 200 heures par an. Au cours d'une même semaine, près de la moitié des personnes sont employées par plusieurs particuliers, 30 % cumulant même plus de trois employeurs. La multiactivité est également fréquente : trois salariés sur dix ont un autre emploi en dehors du secteur des services à la personne.
En moyenne, un salarié a été rémunéré 8 700 euros bruts pour ces activités et 3 100 euros en dehors de ce secteur, la rémunération horaire moyenne étant de 12,30 euros brut, soit près de 1,4 smic. Géographiquement, près de la moitié des salariés travaillaient dans leur commune de résidence ou à moins de 5 kilomètres.


Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer Imprimer Envoyer
Partager   google + 
Lire la suite
Lire la suite

A l'école française des "libéraux-conservateurs"

28 Juillet 2013 , Rédigé par Nuance lune

A l'école française des

 "libéraux-conservateurs"

Le Monde.fr |  • Mis à jour le  |Par 
Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer Imprimer Envoyer
Partager   google + linkedin
A gauche, Alexandre Pesey, fondateur de l'IFP, à Washington avec des étudiants, dans le cadre de la bourse Tocqueville.
"De la falsification du mariage à l'eugénisme" ; "Une imposture intellectuelle, le keynésianisme" ; "Apprendre à aimer la France"... Si vous êtes jeune, de préférence d'une sensibilité politique plutôt à droite, et prêt à régler une somme modique, voilà quelques-uns des cours auxquels vous pourrez assister dès septembre lors du prochain séminaire de l'Institut de formation politique (IFP).

Avec un petit local administratif à Sèvres (Hauts-de-Seine), dans la proche banlieue parisienne, et un site Internet affichant l'objectif de l'école"former des jeunes pour redresser la France", cette petite structure n'est pas la plus connue des formations parisiennes. Pourtant, l'IFP, qui fêtera en 2014 ses dix ans d'existence, a formé plus de 600 jeunes à "rejeter l'interventionnisme économique et le relativisme moral" et à "servir [leur] pays".

"Media training", cours de rhétorique, ateliers-débats, conférences... Parmi les centaines d'"auditeurs" qui ont suivi les week-ends de formation de cette petite structure – qui ne délivre pas de diplôme, on trouve quelques figures de la lutte anti-mariage gay, comme Samuel Lafont, ancien responsable national du syndicat étudiant de droite UNI, ou Vivien Hoch, jeune militant très actif dans les sphères radicales des anti-mariage gay comme le Printemps français. Il confirme : "Parmi les dirigeants de la Manif pour tous, certains sont sortis de l'IFP. Lorsqu'on a eu les premières interpellations, il y avait pas mal d'auditeurs de l'école, dans les 'paniers à salade [fourgons de la police]'!"
"AMBIANCE LIBÉRALE-CONSERVATRICE"

L'IFP ne s'en cache pas : elle se destine essentiellement à des jeunes qui se situent politiquement à droite. "Il n'y a pas de corps doctrinal"assure Alexandre Pesey, cofondateur et directeur de la structure. Mais il assume que l'IFP ait des valeurs comme "la primauté de la personne, l'attachement aux corps intermédiaires, aux racines, pas spécialement racines chrétiennes, mais l'ordre naturel des choses, la nature humaine".
Il suffit de consulter les programmes des sessions de formation et leurs intervenants pour comprendre comment ces valeurs sont mises en avant. Deux aspects sont très travaillés : l'économie et les questions de société. Pour le premier, les personnes qui interviennent sont le plus souvent issues d'une sensibilité économique assez fortement libérale. Pour la session de septembre, les intervenants seront par exemple Nicolas Marques, économiste associé à l'institut Molinari, d'orientation résolument libérale, ou encore Agnès Verdier, duthink tank libéral Ifrap (Institut français pour la recherche sur les administrations publiques), proche des Contribuables associés
Mais l'IFP fait aussi la part belle à des représentants de divers courants conservateurs. Le prochain séminaire de niveau 1 réunira ainsi Arnaud Gasset, invité régulier des "camps de la Rose blanche" (PDF) de la fondation "Liberté politique", engagée dans la lutte contre le mariage gay et dans la volonté depropager les idées de l'Eglise ; Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Jérôme Lejeune, là encore d'inspiration chrétienne, et qui lutte contre l'IVG et l'euthanasie ; Alexandre del Valle, essayiste et géopolitologue, cofondateur du courant de La Droite libre, un courant situé très à droite au sein de l'UMP, et aux positions résolument pro-israéliennes et peu islamophiles ; Renaud Dozoul, assistant parlementaire du sénateur de Paris Pierre Charon et directeur de l'Observatoire de la christianophobie, ou encore Ludovine de la Rochère, présidente du collectif Manif pour tous et ancienne porte-parole de la fondation Lejeune. Des personnalités toutes classées à droite, et toutes situées dans ce qu'on appelle la "cathosphère", la défense des idées, valeurs et traditions chrétiennes.
UNE ÉCOLE FONDÉE POUR DIFFUSER DES VALEURS LIBÉRALES
Universitaire, auteur d'une thèse sur les mouvements conservateurs américains, et ancien journaliste à Washington, le directeur de l'IFP, Alexandre Pesey, est l'un des trois cofondateurs de l'école. Avec ses deux associés, Jean Martinez, avocat et initiateur du collectif Liberté j'écris ton nom, qui protestait contre les mouvements sociaux de 2003 ; et Thomas Millon, chef d'entreprise lyonnais et fondateur en 2002 de Duel, une association qui organisait des débats entre étudiants, ils se sont rencontrés à l'occasion d'actions menées par quelques jeunes étudiants de sensibilité libérale, un mouvement alors très peu représenté en France.
Alexandre Pesey a passé une partie de ses études à Washington, où il a découvert les think tanks, structures encore inconnues en France à cette époque.Un vieux reportage du site Salon.com le cite, en 2003, lors d'une réunion de jeunes militants du Parti républicain. Surtout, lui et ses deux associés font partie d'une génération de jeunes diplômés qui s'enthousiasment pour les thèses "ultra-libérales" alors surtout en vogue aux Etats-Unis, mais peu développées en France."On a fait le constat qu'il n'y avait pas de lieu où se former et rencontrer en direct des intellectuels, experts, entrepreneurs, mais avec une ouverture à toutes les sensibilités", explique M. Pesey.
C'est Bernard Zimmern, l'un des fondateurs de Contribuables associés, puissante association qui lutte contre la fiscalité, qui va aider les trois jeunes hommes àmonter leurs structure, une association, en leur ouvrant ses réseaux. "On a commencé à organiser une formation, puis trois, puis six, puis huit, ainsi de suite,s'amuse M. Pesey. Aujourd'hui, on en est à douze week-ends de formation par an." Si l'école insiste sur le fait qu'elle n'est affiliée à aucun parti, et si les statuts de l'association interdisent à un dirigeant d'exercer des responsabilités politiques, le public des formations est assez souvent un public militant, qui varie en fonction de l'actualité. Cette année, confirme M. Pesey, "le phénomène 'Manif pour tous' nous a amené un grand nombre d'étudiants, au point qu'on ne peut pas faireassez de séminaires". 
Ceux-ci sont d'un coût modique : moins de cent euros pour un week-end de trois jours de formation. "Nous ne sommes pas chers", reconnaît M. Pesey, qui précise que les frais d'inscription ne financent que 20 % de l'activité de l'IFP, les 80 % restants étant assurés par des dons. "Ce ne sont ni des entreprises ni des fondations, mais des individus", assure-t-il, promettant qu'il n'y a "aucun gros mécène". Certains donateurs sont sollicités pour "parrainer" un étudiant. Quant aux intervenants, ils le sont en général à titre bénévole. 
TRÈS À DROITE ?

A l'UMP, on ne voit pas forcément d'un bon œil cette formation, qu'on juge "trop à droite", et plus proche des idées de l'UNI, le syndicat étudiant de droite, indépendant du parti tout en en restant proche. M. Pesey tempère : "On dit à nos étudiants 'engagez-vous, quelle que soit la forme d'engagement, allez-y', mais on ne leur donne aucune piste particulière. Cependant, lorsqu'on reçoit des intervenants, ils viennent échanger avec eux de façon assez informelle." Militant très engagé dans la Manif pour tous, Vivien Hoch, qui a suivi plusieurs week-ends de formation depuis trois ans, l'assure, "même si ce n'est pas revendiqué, l'ambiance est clairement libérale-conservatrice". 
Les intervenants, eux, sont marqués à droite, voire très à droite. Proche des thèses libérales au départ, l'école a développé ses liens avec divers acteurs de partis ou de mouvements conservateurs sur le plan social. Fin 2012, Maxime Tandonnet, ancien conseiller immigration à l'Elysée, proche de Patrick Buisson, venait parler immigration. Jean-Yves Le Gallou, figure historique de l'extrême droite, est venu évoquer les médias, quand Yvan Blot, cofondateur avec M. Le Gallou du Club de l'horloge, l'un des creusets de l'extrême droite moderne, a échangé avec les auditeurs autour de la "démocratie directe", son dernier cheval de bataille. On peut encore citer Dominique Venner, autre "vieux sage" de l'extrême droite française, passé à la postérité en se suicidant par balle à l'intérieur de Notre-Dame-de-Paris, le 21 mai, qui était venu présenter un ouvrage en 2010."C'est un intervenant comme nous en avons trois cents", justifie M. Pesey.
"L'accusation de radicalisme ne m'étonne pas, renchérit Vivien Hoch, "on est peut-être trop à droite pour certains, mais nous on se bouge." Pour le jeune militant, les valeurs qu'enseigne l'IFP la situent dans "les lignes de séparation actuelles au sein de l'UMP", entre tenants d'une droite plus modérée et partisans d'une "droite des valeurs", dans la ligne suivie par Patrick Buissonconseiller de Nicolas Sarkozypour la présidentielle. L'école, en tous cas, prépare ses étudiants à l'action politique. On y apprend à "faire un tract, un discours, écrire pour d'autres"... 
LA "CATHOSPHÈRE" ET ICHTUS TRÈS REPRÉSENTÉS
Plus récemment, l'IFP a fait la part belle à la "cathosphère". En mars, les étudiants ont ainsi pu entendre Philippe Darantière leur "décrypter l'extrême gauche". Ancien para, cette figure de la sphère traditionnaliste catholique est considéré, comme l'avaient révélé Le Monde et Mediapart, comme l'un des grands inspirateurs, avec Béatrice Bourges, des actions du "Printemps français". M. Darantière, comme Mme Bourges, gravite autour d'une fondation baptisée Ichtus, héritière du mouvement contre-révolutionnaire d'extrême droite de la "cité catholique".
En 2012, en marge de la formation, l'IFP proposait d'ailleurs aux étudiants d'assister à une réunion du "réseau juristes d'Icthus", qui réunit les femmes et hommes de loi proches de la fondation et de ses idées. Et en mars, Bruno de Saint-Chamas, président d'Ichtus, venait évoquer des "morceaux choisis pouraimer la France".
On trouve dans les formations de l'IFP une bonne partie du noyau dur de la Manif pour tous : Aude Mirkovic, juriste qui a fourni nombre d'argumentaires anti-mariage gay ; Pierre de Balincourt, consultant en communication et porte-parole, de la "life parade", une association anti-IVG dont la campagne était soutenue par la fondation Jérôme-Lejeune, Alliance Vita et d'autres acteurs des mouvements "pro-vie" qui étaient aussi mobilisés contre le mariage ; Béatrice Bourges, chef de file du Printemps français, était intervenue en 2010 au nom de son "collectif pour l'enfant" ; Elizabeth Montfort, elle aussi figure des catholiques traditionalistes et adversaire déclarée du "lobby du gender" évoquait la question fin 2012 devant les étudiants de l'IFP.
Et ceux-ci sont nombreux à s'être engagés dans la lutte anti-mariage. Il suffit, surFacebook ou Twitter, de croiser les mots-clés IFP et "Manif pour tous" pour leconstater.
DES INTERVENANTS PARFOIS "LIMITE"
Tous les formateurs de l'IFP ne sont pas aussi engagés ni aussi radicaux. Des économistes, des politologues plus "neutres" viennent également, de même quedes journalistes, par exemple Eric Le Boucher, des Echos, Guillaume Perrault, duFigaro, ou Raphaël Stainville (ancien de l'hebdomadaire Valeurs Actuelles qui travaille désormais au Figaro magazine). Mais quelques thématiques sont abordées par le biais d'acteurs et de discours d'un genre particulier. C'est le cas des questions d'immigration et d'Islam.
Outre Alexandre del Valle, auteur de textes violents contre l'Islam, on peut citer, sur les questions de sécurité, un membre de l'Institut pour la justice, organisation de victimes aux méthodes parfois douteuses, ou encore Anne-Marie Delcambre, islamologue et théoricienne de l'unicité entre islam et islamisme, et souvent citée par divers groupes d'extrême droite, ou Marie-Thérèse Urvoy, autre islamologue aux positions là encore très critiques sur l'islam, et régulièrement reprise par des groupes islamophobes comme "Riposte Laïque". "On va chercher des gens qui sortent des sentiers battus, qui présentent ce qu'on n'entend pas trop", explique M. Pesey.
INSPIRATIONS AMÉRICAINES 
"C'est une formation différente, un peu à l'américaine", se félicite Vivien Hoch, quand Alexandre Pesey reconnaît lui aussi que ce sont les think tanks américains qui l'ont amené à réfléchir à une formation "militante" comme l'IFP. Il a d'ailleurs monté, en parallèle, la "bourse Tocqueville", qui lui permet d'emmener quelques étudiants aux Etats-Unis,
Le directeur l'assure : "Nous ne travaillons avec aucun institut [américain] en particulier". Les étudiants font un "circuit" dans plusieurs organisations, en général politiquement plus proches des républicains que des démocrates. "On a une cinquantaine de rencontres, avec les médias, les think tanks, c'est 'grand angle'", assure M. Pesey, qui précise que les think tanks en question ne financent pas ces voyages ni l'activité de l'IFP. 
L'institut a pourtant bénéficié de quelques bourses et prix outre-Atlantique. Et l'épouse de M. Pesey a travaillé au sein du Leadership institute, un "think tank" qui veut "identifier, entraîner, recruter des conservateurs dans la politique, le gouvernement et les médias", selon son fondateur, Morton C. Blackwell, conseillerdu président Reagan. Le leadership institute consacrait en 2012 une interview au directeur de l'IFP.  La fondation Templeton, organisme fondamentaliste protestant et conservateur, qui finance des recherches créationnistes, a accordé un "freedom award" à l'IFP en 2008. On peut encore citer la Federalist Society, autre organisation conservatrice "libertarienne" (militant pour un Etat minimal), qui évoque dans son rapport annuel 2012 de "nouvelles relations" établies avec différents groupes, dont l'IFP.
INFLUENCER LE DÉBAT
Les parcours des anciens étudiants de l'IFP sont multiples, et variés. "Certains vont dans l'entreprise, d'autres militent sur des sites, d'autres encore vonttravailler en politique, deviennent élus municipaux, collaborateurs d'élus, journalistes, associatifs, etc", se félicite M. Pesey. "Ravi" du cursus, Vivien Hoch évoque aussi les mérites du "réseau de personnes sûres" constitué par les anciens de la formation. "On a à disposition ce réseau, y compris américain, on a les coordonnées de tous les anciens et des offres d'emploi dans des lettres mensuelles", explique-t-il.
Récemment, l'école a créé un prix "Razel de la Toile", destiné à récompenser les étudiants qui agissent au moyen d'Internet. "Avec le Web, on peut être acteur tout seul ou à trois ou quatre", se félicite M. Pesey. Les sites récompensés de ce prix ont été le "pure player" libéral Contrepoints et le portail conservateur Nouvelles de France, qui comptent parmi leurs collaborateurs nombre d'anciens de l'IFP.
Au final, que cherche à accomplir l'IFP ? Alexandre Pesey se défend de tout sectarisme. "On veut créer le débat en France, mais aussi à droite, où ce n'est pas toujours la tradition", explique le directeur. "Après, si les idées qu'on défend avancent, on ne sera pas plus mécontents". A l'heure où la "droitisation" divise l'UMP, et où l'on voit renaître un courant conservateur, notamment autour de questions des "valeurs", comme on a pu le voir lors des débats autour du mariage gay, les idées libérales et conservatrices de l'IFP semblent connaître un succès croissant. Ce dont se réjouit Vivien Hoch, pour qui l'école représente avant tout "un lieu où, enfin, la jeunesse de droite peut être libre et exister".
Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer Imprimer Envoyer
Partager   google + linkedin

Lire la suite

Avec Rain Room, vous pouvez marcher sous la pluie sans être mouillé Publié par Jérémy Garandeau, le 27 juillet 2013

28 Juillet 2013 , Rédigé par Nuance lune

Avec Rain Room, vous pouvez marcher sous la pluie sans être mouillé Publié par Jérémy Garandeau, le 27 juillet 2013

La Rain Room est installée depuis le mois de mai au MoMA (Museum of Modern Art) de Londres. Elle permet aux visiteurs de pouvoir marcher sous la pluie sans pour autant se faire mouiller. Une chose assez étonnante et un concept victime de son succès. Explications.

Grâce à la Rain Room, prenez le pouvoir sur la pluie



Depuis le mois de mai, les visiteurs du Museum of Modern Art de Londres peuvent jouir d’une exposition assez particulière. Intitulée la Rain Room (comprenez "la Salle de la Pluie"), cette salle très spéciale plonge les visiteurs dans un espace où la pluie est prédominante. Mais, comme par miracle, celle-ci se stoppe autour de vous lorsque vous traversez la salle.

C'est le visiteur qui a le pouvoir d'arrêter la pluie" Un miracle ?


 Pas vraiment. En effet, les auteurs de cette Rain Room, le collectif Random International, a eu l’ingénieuse idée d’utiliser les avancées technologiques. Ainsi, lorsque les visiteurs s’engouffrent dans cet espace réduit où tombent des hallebardes, des capteurs suivent les mouvements de ces courageux. De ce fait, les gouttes cessent de tomber uniquement à l’endroit même où ils se trouvent.

"C’est le visiteur qui a le pouvoir d’arrêter la pluie"



 explique le collectif artistique sur son site internet. "Grâce au numérique, la Rain Room est une averse à la chorégraphie finement orchestrée. C’est une œuvre monumentale qui permet à chacun de devenir artiste sur une scène inattendue tout en créant une atmosphère intime faite de contemplation" ajoute-t-il.

  "J'ai fait la queue pendant quatre heures"



Victime de son succès, cette installation a obligé le Museum of Modern Art (MoMA) londonien à élargir ses horaires d’ouverture. Le MoMA a même dû installer des vitres transparentes pour que les visiteurs puissent contempler cette Rain Room sans toutefois devoir y entrer. Concernant les plus courageux et les plus patients, ils se doivent de faire de nombreuses heures de queue. "J’ai fait la queue pendant quatre heures. C’est un concept très intéressant" a expliqué un homme d’origine brésilienne, relayé par le site de 20 Minutes. Et nombreux sont ceux qui doivent se munir de patience car seules 10 personnes peuvent entrer en même temps dans cette pièce spécifique durant quelques minutes. Juste le temps de faire l’expérience et de prendre quelques clichés à contre-jour grâce à l’énorme spot lumineux placé au fond de la salle.

En savoir plus: http://www.gentside.com/pluie/avec-rain-room-vous-pouvez-marcher-sous-la-pluie-sans-etre-mouille_art53135.html


Copyright © Gentside
Lire la suite

États-Unis : des voitures connectées pour éviter les accidents ? Publié par Morgane Henry, le 26 juillet 2013

28 Juillet 2013 , Rédigé par Nuance lune


États-Unis : des voitures connectées pour éviter les 

accidents ? Publié par Morgane Henry, le 26 juillet 2013

États-Unis : le National Transportation Safety Board espère que des véhicules qui communiquent les uns avec les autres prendront bientôt la route.

 (1)TopFlop Des voitures qui se connectent pour éviter les accidents ? Le National Transportation Safety Board américain souhaiterait voir sur les routes des véhicules capables de prendre en compte la vitesse des engins environnants pour réagir à des changements soudains.


Vous connaissiez les talkies walkies, vos voitures pourraient bientôt s'y mettre aussi. Aux États-Unis, le National Transportation Safety Board (NTSB) a demandé à ce que des voitures équipées de "technologies connectées" et d'outils de communications entre véhicules soient mises en place. L'objectif ? Aider les conducteurs à éviter les accidents. Une collision déterminante Le NTSB a publié un rapport après avoir mené une enquête sur une collision entre un camion et un bus scolaire à une intersection dans le New Jersey, l'année dernière. Le 26 février 2012, un camion percute le côté gauche d'un bus transportant 25 élèves. L'accident a fait un mort et cinq blessés graves, mais le conducteur en est sorti indemne. "Des instruments de mesure efficaces sont nécessaire pour prévenir les collisions aux intersections", explique le NTSB, repris par Computerwworld. L'organisme estime que des "systèmes comme les véhicules connectés auraient pu avertir le bus scolaire de l'arrivée du camion. Bien que le conducteur du bus ait vérifié que l'intersection soit libre, il n'a pas réussi à voir le camion". Développement d'un nouvel outil Des chercheurs sont d'ailleurs en train de développer une technologie de communication entre machines (M2M). Cette dernière permettrait d'échanger des données entre véhicules, afin que chacun d'eux puisse connaître les informations alentours. Une voiture serait ainsi en mesure de connaître a vitesse des véhicules qui l'entourent et réagir lorsqu'ils tournent ou freinent brusquement. En utilisant des algorithmes d'ordinateurs et des modèles prédictifs, la voiture pourrait parallèlement mesurer l'habileté des conducteurs environnants et s'assurer que vous être à l'abri de leurs mouvements. Elle serait aussi capable de prédire la direction d'une autre voiture. "Nous avons même imaginé que, dans le futur, les voitures seront capables de se parler entre elles et de demander 'hey, est-ce-que je peux m'insérer dans ta file?' ", spécule Jennifer Healey, chercheur chez Intel. Éviter les accidents D'ailleurs, c'est Intel qui travaille actuellement au développement d'une connectivité M2M. "75% des accidents de voitures aux États-Unis ne sont pas dus à l'alcool ou la drogue", précise la scientifique lors d'une conférence TED. L'Alliance of Automobile Manufacturers (AAM) s'est également engagée aux côtés du NTSB pour créer un spectre radio qui pourrait être utilisé dans cette technologie M2M. Selon les deux acteurs, ce nouvel outil "devrait sauver des milliers de vies chaque année". Une étude du National Telecommunications & Information Administration (NTIA) montre que les véhicules connectés "permettraient de prévenir la majeure partie des accidents, comme les collisions aux intersections ou lors de changements de files". (Crédit photo : US Department of Transportation)


Copyright © Gentside



Lire la suite

Publié depuis Overblog

28 Juillet 2013 , Rédigé par Nuance lune

A quoi ressembleraient les plus grandes villes du monde

 sans lumière ? Publié par Virginie Guichaoua, 

le 27 juillet 2013



À quoi peuvent bien ressembler Hong Kong, Paris ou Rio de Janeiro lorsque ces villes se trouvent plongées dans le noir sans éclairage public? La réponse dans ces superbes photographies où les plus grandes villes du monde s’affichent ici de nuit, sans leurs habiles de lumière. Depuis l’avènement de l’électricité au XIXe siècle, les villes se sont peu à peu toutes dotées de ce qu’il est commun d'appeler aujourd’hui l’éclairage public. Éclairées autrefois par des lanternes, des chandelles puis du gaz d’éclair, les villes ont progressivement opté pour l’éclairage électrique au début du XXe siècle. L’éclairage urbain : un progrès également source de pollution lumineuse De nos jours, pas une ville ne possède son éclairage public qui sert à décorer les espaces les plus prestigieux (gares, avenues, parcs...), permet aux citoyens de pouvoir se repérer dans la pénombre, mais aussi de faire diminuer le sentiment d'insécurité. Un progrès que pourtant bon nombre de personnes remettent aujourd’hui en question en raison du coût et de l’impact écologique engendrés par cette pollution lumineuse. Une pollution qui a même contraint la France à instaurer l’année dernière une loi visant à faire des économies d’énergie en éteignant entre 1h et 6h du matin les enseignes lumineuses dans les villes. Le but? Économiser la consommation annuelle de 370 000 ménages, soit 1 térawattheure par an. En 2010, le photographe français Thierry Cohen dans un projet baptisé Darkened Cities s’est amusé quant à lui à photographier les villes de Paris, New York ou Tokyo pour retirer par la suite numériquement toutes les lumières afin de découvrir quelle image présenterait ces villes si celles-ci n’étaient plus du tout éclairées. La norvégienne et son éclairage public intelligent Si en France on cherche aujourd'hui à éteindre les lumières provenant des affiches publicitaires et bientôt des bureaux et magasins, en Norvège on a d’autres idées comme remplacer les traditionnelles ampoules par des lampes au sodium de haute performance. Dotées d’un système électronique, celles-ci permettent de mesurer le niveau de consommation électrique afin d'aider les villes à mieux maîtriser les flux de circulation et de consommation et ajuster alors le niveau de la lumière à des besoins précis.

En savoir plus: http://www.gentside.com/ville/a-quoi-ressembleraient-les-plus-grandes-villes-du-monde-sans-lumiere_art52954.html
Copyright © Gentside


Lire la suite

Elle organise un faux mariage pour faire plaisir à son père malade

28 Juillet 2013 , Rédigé par Nuance lune

Elle organise un faux mariage pour faire plaisir à son père malade

Cette danse père/fille n'a pas de prix


Elle organise un faux mariage pour faire plaisir à son père malade Publié par Jubna Laborde, le 27 juillet 2013 TopFlop Rachel a vécu le mariage de ses rêves, avec son père à ses côtés. Pour profiter au maximum de son père mourant, elle a organisé un faux mariage, sans mari donc, pour réaliser la mythique danse père/fille.


Rachel Wolf sait que le jour de son mariage son père ne sera probablement plus de ce monde. Ce dernier souffre d'un cancer du pancréas et les médecins ne lui prédisent que quelques mois à vivre. La danse père/fille la plus émouvante Le plus gros regret de Rachel Wolf, c'est que le jour de son mariage son père ne sera pas présent. Pour permettre à son père de réaliser la danse père-fille et de la voir en robe de mariée, Rachel Wolf a donc décidé d'organiser un faux mariage. Les invités, les proches, la limousine, rien n'a été oublié, sauf peut-être le mari. En effet, cette jeune femme n'est même pas fiancée mais elle tenait quand même à offrir à son père un avant-goût de ce qui être le plus beau jour de sa vie. Le Dr James Wolf, le père de la fausse mariée, a donc pu profiter de cette journée unique où la mariée n'appartenait qu'à lui seul. Ils ont dansé sur Cendrillon de Steven Curtis Chapman. Derrière ce faux mariage se cache le véritable souhait de Rachel Wolf qui est de profiter intensément de chaque instant avec son père. Rachel Wolf a tout prévu Si cette scène parait émouvante, elle le sera encore plus le jour de son vrai mariage. En effet, Rachel Wolf, cette femme de 25 ans, prévoit de diffuser la danse père-fille, le jour de son grand mariage. De cette manière, elle aura une pensée pour son père et ce dernier sera tout de même présent lors de la cérémonie. "Il y a beaucoup de choses que j'aurais aimé que les filles vivent pendant que je suis là. Mais je ne serai pas là", a regretté Dr James Wolf. Les habitants d'Auburn, en Californie, qui ont eu vent de ce projet, ont accepté d'y participer. Ils ont fait don de la robe de mariée, du DJ, d'un smoking, du coiffeur, d'une limousine ainsi que d'un belvédère où s'est déroulé l'événement, rapporte le site du Daily Mail. Les anciens patients du docteur ont eux fait le déplacement pour témoigner leur reconnaissance et apporter leur soutien à cet homme.  




Copyright © Gentside



Lire la suite

"Jour de libération fiscale" : sept questions autour d'un indicateur biaisé

28 Juillet 2013 , Rédigé par Nuance lune

"Jour de libération fiscale" : sept questions autour d'un indicateur biaisé

Le Monde.fr |  • Mis à jour le  |Par 
Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer Imprimer Envoyer
Partager   google + linkedin
De janvier à fin juillet, les Français travailleraient pour l'Etat, selon les calculs d'organisations libérales qui se battent contre une fiscalité qu'elles jugent trop lourde. Au delà de cette date, le travailleur français peut jouir des fruits de son travail. Un indicateur très politique et très contesté qui masque une réalité quelque peu différente.
"Les Français travaillent sept mois de l'année pour les impôts", "aujourd'hui, c'est votre jour de libération fiscale"... Inconnue il y a quelques années seulement, la "libération fiscale" est aujourd'hui un "indicateur" qui s'est taillé une place de choix dans les médias, sans que sa pertinence soit questionnée.
  • Qu'est-ce que la "libération fiscale" ?

L'idée de cet indicateur est de calculer combien de jours dans l'année nous travaillons non pas "pour nous", mais "pour l'Etat", c'est-à-dire pour payer impôts et cotisations. En pratique, on établit un taux de "pression fiscale", soit la part de nos revenus qui part en impôts. On le ramène ensuite aux 365 jours de l'année et on obtient une date qui matérialise cette charge.

Symboliquement, selon ce calcul, tout ce qu'on a gagné avant est "parti pour l'Etat", le reste sera "pour nous".
  • Qui a inventé cet indicateur ?
La création de ce concept est due à Dallas Hostetler, un homme d'affaires américain. Il l'a inventé en 1948, et a même acquis les droits sur le nom "tax freedom day" (jour de libération fiscale), avant de les céder à la Tax Foundation, un think tank travaillant sur la fiscalité. M. Hosteler, comme la Tax Foundation, étaient d'obédience libérale – au sens français du terme. Le dessein explicite de l'indicateur était de montrer le "poids" des taxes et impôts sur le contribuable.
Le "tax freedom day" était un peu passé de mode, jusqu'à ce que le chef de file de l'école néolibérale de Chicago, Milton Friedman, le remette au goût du jour, en 1980 dans un ouvrage, proposant de faire du "jour de libération" une fête nationale aux Etats-Unis.
  • Qui le calcule en France ?
En France, en 2013, le calcul du "jour de libération fiscale" a été effectué par le cabinet de consulting Ernst & Young, associé à l'institut économique Molinari. Cet institut, récent et peu reconnu, milite clairement pour faire reculer le rôle de l'Etat dans l'économie. Il est proche de l'Ifrap ou de Contribuables associés, association qui lutte contre la fiscalité de manière générale.
Le système de calcul diffère de celui fait aux Etats-Unis (voir encadré ci-dessous).L'institut Molinari calcule plusieurs notions qui ne sont en général que peu utilisées par les économistes et les statisticiens : un "salaire complet", qui veut représenter"ce ce que donne l'employeur au salarié en échange de son travail". Il inclut donc non seulement les cotisations sociales payées par le salarié, mais également les cotisations patronales, en partant du postulat que cet argent est dépensé par l'entreprise pour le salarié.
De même, l'institut calcule un "taux de socialisation et d'imposition réel", qui agrège charges sociales patronales et salariales, impôt sur le revenu (des particuliers, donc) et TVA, rapportée au salaire complet, ce qui est là encore une manière peu orthodoxe de calculer un taux d'imposition moyen.
Le calcul des économistes de l'institut Molinari et d'Ernst & Young aboutit à 206 jours de travail pour l'Etat avant la "libération fiscale", qui a donc eu lieu le 26 juillet. Mais Contribuables associés ne fait pas le même calcul, et propose pour sa part le 29 juillet. Suivant les années et les sources, ce jour a pu tomber le 28 juillet (en 2010, selon Le Cri du contribuable), le 22 juillet (en 2011, selon Contribuables associés, toujours), le 14 juillet (en 2009, selon l'institut Molinari), le 12 en 2008...
  • L'expression "travailler pour l'Etat" a-t-elle un sens ?
Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les prélèvements obligatoires en France sont de 44,2 % du PIB. Mais cette somme colossale sur laquelle est basée le calcul du "jour de libération fiscale" ne sert pas à financer l'Etat au sens propre – employés, infrastructures, missions régaliennes, etc. Ce taux de prélèvement dit net de transfert est obtenu "en considérant le fait qu'une partie du produit des prélèvements est directement redistribuée aux agents économiques, essentiellement sous forme de prestations sociales pour les ménages et de subventions pour les entreprises", écrivait en 2005 le Conseil économique et social.
En clair, la majeure partie des prélèvements obligatoires est réinjectée dans l'économie au moyen d'aides aux entreprises, aux ménages, etc. Selon une étude de l'OCDE, citée par le même rapport du CES, dans l'ensemble des pays développés, ce taux de prélèvement net de transferts est "resté remarquablement stable depuis 1959, à environ 17 % du PIB". Soit un jour de libération fiscale qui serait plutôt aux alentours du 2 mars...
  • Existe-t-il d'autres indicateurs similaires ?
Cet indicateur peut avoir une pertinence pour mesurer de manière concrète la notion de pression fiscale. Mais celle-ci est déjà calculée par nombre d'institutions internationales, d'Eurostat à l'OCDE en passant par le Fonds monétaireinternational (FMI), qui mesurent en général le total des recettes fiscales en pourcentage du PIB (un ratio que certains économistes jugent peu pertinent). En 2011, tandis que l'OCDE plaçait la France à 44,2 %, et Eurostat la classait à 44,5 %.
A chaque fois, ces chiffres placent notre pays parmi les plus gourmands en matière d'impôts. Selon le classement d'Eurostat, la France est ainsi, en 2011, au second rang européen, à égalité avec la Suède (44,5 %), et derrière le Danemark(48,5 %). Même classement en 2011 pour l'OCDE, avec la Suède légèrement devant la France, qui restait donc au 3e rang. L'institut Molinari, lui, classait la France au second rang européen, derrière la Bulgarie (qu'Eurostat place, paradoxalement, au dernier rang en 2011, avec des recettes fiscales représentant 10 % du PIB).
  • Quelles sont les questions méthodologiques que pose cet indicateur ?
Tout d'abord, on l'a vu, c'est une moyenne. Or, lorsqu'on parle de fiscalité, une moyenne ne reflète pas les écarts qui existent généralement en fonction des revenus. La moyenne "écrase" ces notions, et donne l'impression que tout salarié français verse des sommes d'impôts équivalentes. Ce qui n'est évidemment pas le cas.
Autre grief : l'indicateur effectue une moyenne établie par "contribuable", en y agrégeant des impôts payés parfois par foyers fiscaux (l'impôt sur le revenu), d'autres sur la consommation (TVA), des cotisations sociales réglées par les salariés ou leur entreprise... Bref, autant de notions différentes, dont les échelles et les assiettes varient fortement.
De même, si l'on considère le problème des retraites, un pays dont la populationvieillit et où le financement du système d'assurance vieillesse est en difficulté, vaavoir plusieurs choix : augmenter l'âge de la retraite, diminuer les pensions, accroître les cotisations retraite ou en déléguer une partie à des systèmes privés. Or l'indicateur de l'institut Molinari sera plus favorable s'il fait le choix de la privatisation – moins de taxes, mais des salariés qui devront financer leur retraite eux-mêmes, ce qui n'apparaîtra pas dans le calcul – et nettement moins s'il fait celui d'augmenter les cotisations, même si cette hausse est demandée en partie aux entreprises.
Denier écueil méthodologique majeur, dans le calcul de l'institut, cotisations salariales et patronales sont agrégées. Il estime que cela revient au même, dans la mesure où les cotisations représentent une part de la somme dépensée par l'employeur. Mais là aussi, on raisonne de manière abstraite. Rien ne permet dedire que si, demain, l'Etat privatisait sécurité sociale, assurance chômage et retraites, le salarié toucherait l'équivalent de ce que son employeur verse actuellement à ces organismes. Appliquer le raisonnement à l'inverse est donc quelque peu exagéré, surtout pour un indicateur supposé indiqué le "jour de libération" des salariés et non des chefs d'entreprise.
  • Peut-on établir des comparaisons internationales à partir de ce "jour de libération" ?
La comparaison internationale que propose Molinari lui permet d'établir un "classement". Cette comparaison repose sur un postulat qui n'est pas dénué d'idéologie : on met ainsi sur le même plan des pays où assurance santé et vieillesse sont gérées par le public et d'autres ou une partie, voire la totalité de ces dépenses sont laissées au privé.
Or, l'indicateur ne prend pas en compte les dépenses des salariés pour ces régimes lorsqu'ils sont privés, ce qui désavantage automatiquement ceux où la protection sociale est gérée par la puissance publique. Rien d'étonnant venant d'un indicateur construit par des économistes pour qui l'Etat ne devrait pas avoir à gérer ces missions.
De manière générale, comme l'expliquait un récent rapport de la Cour des comptes, il est extrêmement complexe d'établir des comparaisons en matière de fiscalité, car les systèmes sont fortement différents entre les pays ; les taxes ne sont pas conçues de manière identique, pas plus que les échelons administratifs. Même avis pour le Sénat, qui jugeait, en 2003, les comparaisons internationales"extrêmement délicates" en matière de fiscalité.
Si l'indicateur construit par l'institut Molinari peut avoir une pertinence pour démontrer le poids de l'Etat dans l'économie, il est dommage que la plupart des médias qui ont rendu compte de cet indicateur simple, voire simpliste, se soient contentés d'en citer les résultats sans questionner un minimum ses intentions, qui sont loin d'être neutres, politiquement et économiquement.

Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer Imprimer Envoyer
Partager   google + 
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>